Mitmachen
Referat
Medienkonferenz vom 20. August 2012

L’aménagement du territoire doit rester une compétence essentielle des cantons

Depuis quelques années, on assiste à une tendance rampante mais bien réelle à vouloir modifier les compétences respectives des différents acteurs en matière d’aménagement du territoire et cela au…

Depuis quelques années, on assiste à une tendance rampante mais bien réelle à vouloir modifier les compétences respectives des différents acteurs en matière d’aménagement du territoire et cela au détriment des cantons. La modification partielle de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire sur laquelle le peuple se prononcera prochainement est particulièrement révélatrice de cette dérive vers la centralisation qui voit en la Berne fédérale « la Grande Aménagiste en Chef », seule et unique détentrice de la Vérité en la matière, au besoin en mettant sous tutelle les cantons.

Si on ne peut nier les inquiétudes de la population face à certaines évolutions constatées, les solutions concoctées au niveau fédéral, sous prétexte de dégager des compromis face à la pression d’initiatives populaires extrêmes, risquent au contraire d’aggraver encore la situation. Vouloir imposer d’en haut des lignes directrices uniformes et donc inadaptées aux spécificités des différentes régions ne peut que susciter amertume, blocage et échec.

Face à ces dérives, il est indispensable de respecter les dispositions constitutionnelles et de concéder aux régions un cadre leur permettant un développement correct et harmonieux. Et pour cela, il faut se baser sur des faits chiffrés reflétant la réalité concrète. Or, on se rend immédiatement compte que le facteur principal générateur des problèmes croissants en matière d’aménagement du territoire est bien d’ordre démographique ; et la part de l’immigration est essentielle dans ce constat. Si on peut se réjouir de la dynamique économique de ces 10 dernières années qui a conduit à la création de 600’000 nouveaux emplois, on remarque que plus de la moitié de ceux-ci sont le résultat de l’immigration et concentrés essentiellement dans le secteur des services. Ajoutez à cela une tendance à l’augmentation de la surface habitable par personne et vous avez déjà une grande partie de l’explication de la diminution croissante des terres agricoles. En effet, comme le territoire suisse est composé de surfaces improductives ou déjà urbanisées et que la forêt de par la loi actuelle est quasiment intouchable, gagnant même de la surface au détriment de l’aire agricole, il est facile de comprendre que la pression se porte essentiellement sur les surfaces agricoles cultivables. Or, ce grignotage continuel représente une dangereuse épée de Damoclès pour le degré d’auto-approvisionnement de notre pays ; il accentue encore la dépendance de la Suisse qui est déjà la championne du monde des importations nettes de denrées alimentaires, ce qu’on a tendance à oublier alors qu’une nouvelle crise alimentaire mondiale est annoncée par de nombreux spécialistes.

Faut-il pour autant bouleverser les compétences telles que définies à l’article 75 de la Constitution fédérale ? Clairement non. Imposer une politique d’urbanisation par le haut aurait de graves répercussions. Ce qui est positif pour une grande agglomération n’est pas nécessairement idoine pour une région périphérique. Et certaines mesures dirigistes mitonnées dans les services fédéraux pour résoudre des problèmes définis sont tout aussi inadaptées. Par exemple, vouloir limiter la surface habitable par personne est tout simplement inacceptable d’un point de vue libéral ; des mesures pratiques peuvent déjà être mises en place en augmentant la densité des constructions en hauteur et en profondeur pour améliorer la situation. Et la Confédération doit se concentrer sur ses compétences essentielles telles celles qui l’autorisent aujourd’hui déjà à prendre des dispositions visant à rigoureusement maîtriser l’immigration. Encore faut-il en avoir la volonté politique.

D’autre part, une politique centralisatrice uniforme comprend aussi le risque de négliger les potentiels de développement important que recèlent les zones périphériques de notre pays. Or, tant sur le plan touristique que celui de la production de denrées alimentaires, ces régions sont aussi susceptibles d’assumer des fonctions essentielles pour notre pays. Un affaiblissement du fédéralisme en matière d’aménagement du territoire conduirait certainement à restreindre leurs futures possibilités de développement ce qui n’est pas admissible.

C’est pourquoi il convient de combattre avec détermination toutes les velléités de la Confédération visant à miner les compétences des cantons et des communes en matière d’aménagement du territoire tout comme il s’agit de respecter absolument les principes cardinaux que sont la garantie de la propriété et le libre choix des moyens de transport.

 

über den Autor
SVP Nationalrat (VD)
mehr zum Thema
Parteizeitung
Artikel teilen
15.01.2019, von Ueli Maurer
An der Schwelle zum Jahr 2019 dürfen wir mit Genugtuung feststellen: Der Schweiz geht es gut. Was... mehr lesen
Referat
Artikel teilen
09.01.2019, von Céline Amaudruz
Wie Sie wissen, ist die SVP DIE Schweizer Partei, die sich für die Interessen unseres Landes einsetzt.... mehr lesen
Editorial
Artikel teilen
27.12.2018, von Franz Ruppen
Die Zersiedelungsinitiative der Jungen Grünen will einen Einzonungsstopp für Bauzonen. Dazu soll die Gesamtfläche der Bauzone auf... mehr lesen
weiterlesen
Themen & Standpunkte
Asylpolitik

Asylchaos endlich beenden

Bürger & Staat

Bedrohte Freiheit verteidigen

Ausländerpolitik

Zuwanderung begrenzen

Landwirtschaftspolitik

Für eine einheimische Produktion

Energiepolitik

Für eine sichere und günstige Energieversorgung

Landesverteidigung

Sicherheit für Land und Leute

Umweltpolitik

Intakte Umwelt für uns und unsere Nachkommen

Sonderfall Schweiz

Selbstbestimmt und selbstbewusst

Aussenpolitik

Unabhängigkeit und Selbstbestimmung

Social Media
Besuchen Sie uns bei:
Oder öffnen Sie unsere Social Pinwand. Alle Posts und Bilder auf einer Seite.
Newsletter
Wenn Sie regelmässig über die SVP und unsere Arbeit informiert werden wollen, abonnieren Sie hier unseren Newsletter.
Schweizerische Volkspartei SVP, Generalsekretariat, Postfach, 3001 Bern
Tel. 031 300 58 58 – Fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@svp.ch – PC: 30-8828-5

Diese Seite per E-Mail weiterempfehlen


Wir verwenden Cookies, um Inhalte und Anzeigen zu personalisieren, Funktionen für soziale Medien anbieten und Zugriffe auf unsere Webseite analysieren zu können. Ausserdem geben wir Informationen zur Nutzung unserer Webseite an unsere Partner für soziale Medien, Werbung und Analysen weiter. Details ansehen
Ich bin einverstanden